La Ferme de Keréré

Comme on ne faiblit pas, le maraîchage est de mise, y compris loin de notre itinéraire.

/

Nous avons passé une semaine dans le Morbihan, à 200 mètres des côtes atlantiques. A Locmariaquer, exactement. C’est une ferme avec une jument de trait (Aza) et deux veaux. Mais aussi un cochon, des poules, des oies, des chiens, des chats …

Richard nous y accueille. Il a notre âge, il s’occupe seul de la ferme et chaque jour des voisins, amis, stagiaires ou woofers viennent lui donner un coup de main.  Il fait pousser sous serres et en extérieur. Pendant le temps où nous l’avons accompagné, nous avons planté et récolté betteraves, fèves, tomates, oignons, radis, courgettes, concombres, tournesols. Il pratique la culture permanente sur butte. Ce qui fait que nous avions de larges plate-bandes surélevées, parsemées de légumes divers, placés en fonction de leurs affinités mutuelles.

Nous avons appris à créer des buttes, avec paillage, fumier (de boeuf ou de volaille comme le bouillon), calcaire, granulés.  Il y a un ordre précis, qui n’est sans doute pas celui que vous venez de lire. Richard est très fier de sa production bio et sans pesticide ajouté. Nous apprenons aussi beaucoup de choses sur la région, à commencer par le fait qu’il n’y a pas eu de vraie pluie (15 jours d’averses) à Locmariaquer depuis deux ans. Ce qui n’est pas sans poser problème pour une terre humectée d’eau salée. La ferme possède aussi une serre de semis, ça permet de faire ses propres plantons. Ainsi, Richard peut être plus indépendant vis à vis de ses fournisseurs et aussi faire commerce de plantes et de fleurs aux beaux jours. De quoi améliorer le quotidien.

Mais la ferme de Keréré, c’est surtout beaucoup de monde qui gravite. A commencer par Arnaud, l’inséparable acolyte. Ami bienveillant, il est toujours prêt à sortir les bêtes, faire des boutures ou déboucher une bière. Si on veut connaitre les horaires des marées, c’est à lui qu’il faut le demander, car il les a toujours dans sa poche. On trouvera Maelle, la voisine qui vient de lancer sa ferme de plantes aromatiques. Elle passe donner un coup de main le vendredi matin en échange d’un panier de légume. De l’échange social et local, sans passer par une AMAP. Il y a aussi Aurore, qui possède quelques chevaux pas loin, Benoît, qui effectuait son stage, Agathe, qui manie vaillement la fourche et pratique la méditation à base de désherbage de liseron, Emilie, la woofeuse-skipper… Et nous avons aussi eu la chance de rencontrer la famille Fantastic. 2 parents et 4 enfants très énergiques, vivant tous dans une caravane. La discussion commence vite et les points communs affluent. Ils ont le projet de monter une ferme de maraîchage et sont à la recherche de terres. Leur prochaine destination est le Maroc. Ils sont très décroissants, proches de la Terre, et ils font l’école aux-mêmes à leurs enfants.

Ici, tout rappelle la mer et la Bretagne : le drapeau breton, les pirates, la musique… bretonne forcément, les ballades en bateau vers les îles isolées. Le premier matin, nous sommes réveillés par un hélicoptère qui tourne auprès de la côte à la recherche de naufragés. Il faut savoir qu’à l’entrée du golfe du Morbihan, le courant est exceptionnellement puissant. Ce serait le 3ème courant le plus puissant d’Europe.

Les journées sont organisées de la sorte : début à 8h30, travail jusqu’à 13h30, puis apéro et déjeuner. Après, nous avons quartier libre. C’est génial, ça nous laisse plein de temps pour faire les touristes, vive le woofing.

Nous sommes allés bien sûr visiter Carnac ( un site megaltihique majeur bien encadré derrière ses jolis grillages de lotissement banlieusard), et puis la forêt de Brocéliande.

Nous ne savions pas que la région pullule de menhirs et autres dolmens. A tel point d’ailleurs qu’on en trouve dans les jardins, derrière les maisons, dans les caves (sous quelques couches de béton car de telles découvertes ont vite fait de classer le terrain comme non-constructible).

On a arpenté de long en large l’île aux Moines et vus ses beaux paysages.

On a découvert le vieux port breton de St Goustan, situé dans un ria.

Et on a visité Rennes, le parc du Thabor et sa roseraie splendide.

Et quand nous ne sommes pas les genoux dans la terre ou les yeux dans le granit, nous apprenons à ouvrir des huîtres plus vite que notre ombre (enfin, on s’entraîne encore), nous goûtons du chuféré (jus de pomme + miel fermenté – sorte de cidre puissance 4. attention ça réchauffe) et des bières locales au sarrasin. Ne surtout pas faire mentir les traditions locales!

On repart après une semaine seulement, mais en ayant appris énormément sur le métier. On se dit au revoir, en se disant qu’on reviendra mais pour une fois ça n’est pas une politesse, on y croit vraiment. Ce n’est pas un patron qu’on quitte mais ce sont des des amis, avec qui nous reviendrons bien volontiers manger des galettes et boire une Telen Du à la santé de la ferme de Keréré!