La côte d’Azur

Après avoir fait une halte à Aix en Provence pour faire le plein d’amitié, de fruits et légumes frais et d’internet, nous continuons notre route vers la cote d’Azur.
Arrivée sur la plage, les pieds dans la mer. Frejus-Port, un matin, beaucoup de retraités et un couple d’anglais (retraités aussi). Style improbable, la mer est belle et fière.
  P1110925
Magnifique route de la corniche de St Raphaël à Cannes. Maisons Walt Disney à mi-chemin entre la petite sirène et Aladin. Décor de cinéma.
Bien vite rattrapés par l’urbanisation peu engageante du 06 . Nous avons fait une pause dans Nice pour manger un pan bagnat et acheter du matériel de montagne.
La pluie tord le cou à la croyance populaire selon laquelle il ferait toujours beau dans le pays niçois. Cela n’arrêtera pas les touristes en goguette que nous sommes.
Nous voilà à Luceram, joli village médiéval à qui la brume donne des airs de roman-pissaladiere. On apprendra plus tard que c’est un haut lieu de la crèche. Du genre battle de crèche, avec santons grandeur nature et décorations léchées. Peu de monde à cette époque, nous croiserons seulement un chat amical au premier abord, un couple enlacé devant le chantier de leur maison encore en rénovation.

Arrivée le lendemain au col de Turini pour faire connaissance avec les lamas – notre prochaine étape de woofers

Les questions (pas si) futiles qu’on se pose

Cette fois-ci, un article un peu spécial. On vous fait part des questions qu’on se pose quand on se promène ou quand on bêche les rangs de carottes. Celui ou celle qui donne les meilleures réponses en commentaire (ou les plus poétiques), gagne un séjour dans notre van aménagé. Interdit de regarder sur wikipedia

  • Comment fait-on le plein avec un tracteur?
    • Et oui, après tout, avez vous déjà vu un tracteur à la station service?
  • Comment fait-on du miel de sapin?
    • Les sapins ne font pas de fleurs. Difficile pour les abeilles de les butiner, dans ce cas. Pourtant, on fait bien du miel de sapin.
  • Pourquoi les vieux marchent avec les mains dans le dos et aiment regarder les travaux dans la rue?
    • Avouez, vous avez déjà remarqué.
  • Quelle est la différence entre chamallow, marshmallow et guimauve?

La provence

On quitte Eourres finalement et non sans un pincement dans le cœur. On embarque avec nous Fanny et Philou qui ont pour but de rejoindre la Corse le lendemain matin. Nous les déposons à Aix en Provence, prêts à repartir avec leur gros sac sur le dos. Nous prenons tout de même le temps de discuter de voile autour d’une mauresque pour certains et chocolat chaud pour d’autres. Philou nous fait rêver avec les termes marins et rendez vous est pris en juillet autour de Marseille. Nous serons juste fraîchement revenus de Corse et cette optique nous parait réjouissante.

P1110880

Le retour à un environnement urbain est un peu violent après une dizaine de jours d’isolement champêtre. Nous ne sommes plus trop coutumiers des bruits de voitures, des affichages publicitaires à tous les arrêts de bus et des réflexes citadins. On se réconforte dans la vieille ville avec les copains, les nouveau-nés et un plateau de fruits de mer.

S’ensuivra un week-end de repos et de volupté dont la narration n’a que peu d’intérêt dans ce recueil numérique.

La région vaut bien quelques pérégrinations. On se promène à Lourmarin, vieilles pierres, fontaines fleuries, touristes en pantalons de flanelle et grosses lunettes noires. C’est aussi l’occasion de visiter la tombe de Camus : végétation dense et point de stèle.

Enfin, nous donnons rendez-vous à trois de nos amis très chers à Saint Roman de Malegarde, autre village un peu plus discret, dans le Vaucluse. Nous sommes rejoints, quelques jours plus tard, par le gros de la troupe. Pour des fêtes encore et des journées grimpe et des jeux.
P1110923

Eourres – la suite

P1110842

A Eourres, il y a des ateliers tous les jours, ou presque. Que ce soit méditation le matin, chant le soir ou encore danse traditionnelle. Nous avons découvert un peu le folk. D’ailleurs, beaucoup d’éourriens se préparaient pour aller au festival Boulegan.

La plupart des ateliers avaient lieu dans l’un des lieux principaux du village : le Lézard Vert. Une grande et belle salle des fêtes, avec médiathèque au premier étage.

P1110844     P1110843

P1110845

Nous, on était plus ou moins logés dans le gîte des woofers. On y venait pour les douches et les repas. Moments de découvertes musicales et culinaires.
P1110839

A ce propos, voici la Recette du mois. Il vous faut :

  • trois bonnes poignées de graines des tournesol
  • un filet de sauce soja

Munissez-vous d’une poêle et faites griller les graines, à sec. Une fois qu’elles commencent à brunir, verser-y la sauce soja. Remuez vite car la sauce a tendance à caraméliser. Attendez que ça refroidisse. Idéal pour saupoudrer dans les salades ou à boulotter à l’apéro !

Merci Nalid, qui nous a passé le tuyau.

Pour finir, encore quelques photos de ce village singulier, où nous aimerions revenir bien vite. Et en bonus, l’aimable visite de la chèvre Aglaé (en vrai, on ne se souvient plus de son prénom exact, mais elle ne nous en voudra pas) ! Après avoir semé la panique au village, elle est venue prendre le thé dans le camion.

P1110834

 

 

Eourres

jour 1

Après quelques escapades dans le Trièves, nous avons passé le fameux col de la Croix Haute, rejoignant ainsi le début de la Provence. Nous retournons à Eourres pour la troisième fois. Ce magnifique village isolé pourrait gagner le prix 2017 de « Où fait il bon vivre quand on est un hippie? ». Mais arrêtons ici la stigmatisation, les villageois voisins s’en occupent déjà bien assez. Dès le premier jour on a pu voir une démonstration d accro-yoga, un âne qui se fait soigner grâce au Reiki, quantité de sarouels et de paquets de rouloche.

Réveil très froid, glace sur le pare-brise.

Rencontre avec nos co-woofer et compagnons de champs. Eourres et ses échanges de bons procédés : « tu descends à la vallée, tu peux me ramener des médocs en remontant? ». A l’entrée du village un tableau noir sur lequel on peut noter les trajets, les horaires des ateliers organisés  tous les jours (danses traditionnelles, yoga, méditation), les concerts quasi-improvisés…

Notre hôte est Bernadette, un des personnages centraux d’Eourres. Elle fait pousser de très bons légumes qu’elle vend aux marchés  de Gap et de Sisteron. Nous travaillons sur deux lieux avec des serres prenant des allures de jungle européenne avec ses vignes et ses bourses a pasteur.

On y trouve des cebettes et du persil, une vision de paradis avec 3 naïades qui lavent des légumes entre les rayons du soleil et le ruisseau. Un déjeuner au bord de la cascade, des plantages de piquets, réparation de serre, retrouvailles avec Jeff et ses chèvres, Sylvain le néo maraîcher et ancien grimpeur. Autre fait remarquable à Eourres, le magasin de Bernadette est en libre service : tout le village peut venir se servir dans la chambre froide en légumes frais et chacun note ses consommations sur son ardoise.

jour 2 : réveillés par deux ânes échappés qui tournent autour du van et tentent de brouter les plantons, plein d’épinards cachés sous une forêt de broussailles. Conversations sociologiques en ramassant des radis, Melba l’ânesse va mieux (peut être un peu grâce à la chanson que son maître lui a composé Melba Yala), la Bio Coop, épicentre commercial du village, on y trouve toutes les huiles essentielles possibles , produits sans gluten… Un gamin de 4 ans qui donnait un concert de jazz manouche – didgeridoo devant le platane central.

 

jour 3 : promenade avec Nalid le berger. Avec son troupeau de chèvres on est allés crapahuter dans les montagnettes autour d’Eourres. 
On est accompagnés de deux chiens rabatteurs : Bergère le berger des Pyrénées et de Hoopi le patou (qui nous a un peu fait peur au départ, mais avec qui nous avons fini par nouer une camaraderie cordiale).
Nalid nous apprend toutes sortes de noms de plantes. On a même goûté des feuilles d’alisier, ça se mâchonne comme du chewing-gum .
     
A la coloc des woofeurs et stagiaires : moments chouettes et discussions autour du féminisme, du veganisme et de l’antipsychiatrie. Tout le village y passe, que ce soit pour profiter d’internet ou du café, pour chercher un conseil, de la compagnie. Nous parlons de ces films qui ressemblent au village : Captain Fantastic, la Belle Verte.
Pour finir cette belle journée ensoleillée, nous redescendons de notre village perché pour faire quelques voies d’escalade. On monte au dessus de Barret, puis on marche longuement vers le col de St Ange. L effort est récompensé par une vue époustouflante sur toutes la vallée de la Méouge. Belle dalle avec cannelures, le tout servi sur un calcaire impeccable.

 

Jour 4 : Dimanche = repos

 

Genève

Nous partons à deux. Combien serons-nous à l’arrivée? Impossible à dire. Sans doute aurons-nous récupéré un chien, des copains-copines en mal de chlorophylle ou bien des tripotées de bipèdes à code génétique assimilé.

En attendant, le van est prêt, joli comme un galet neuf. Pour notre premier bivouac, c’est évident, nous allons squatter le parking de la Galerie, rue de l’Industrie, dans le quartier des Grottes. Bicoque en pente avec son pin coupé, ses vieilles pierres, son parquet-lit. Nous y avons vécu de glorieuses soirées, d’intenses après-midi jeux, d’ébouriffantes nuits blanches. Nous y avons surtout rencontré ses gens extraordinaires. Croisés par intermittences, bien sûr, mais avec une présence aussi certaine que celle d’un hibou en décompensation maniaque au sommet d’un clocher de campagne. C’est aussi grâce à leurs débats, leurs punchlines sans demie-mesure et leurs silences entendus – parfois – que ce départ arrive.

Quoi de plus naturel, donc, que d’entamer le voyage par un dimanche de jeux, pop-corn et tisane arrangée, avec les potes ?