Kumano Kodo – jours 3 à 5

Résumé de l’épisode précédent : l’intrépide que je suis s’en va sur les chemins de la montagne japonaise. 1er jour, je deviens serveur de sashimis et le 2eme, j’ai maille à partir avec un macaque. Quelle sera la suite?

Hongu, jour 3 :

Après une nuit glaciale et humide, je me lève aux aurores. Thé noir et marrons grillés à la flamme de mon pauvre réchaud. Je fais un paquetage ultra léger et laisse tout le reste de ma vie dans ma tente. C’est le bon côte du Japon, ça ne craint rien. J’aurais pu même laisser un billet de 10 000 yens posé sur la tente, qu’il n’aurait pas bougé. Traversée de Yunomine Onsen, village thermal orné par une rivière qui sent l’oeuf. De fait, la coutume est de faire cuire des oeufs dans les sources chaudes et d’en faire offrande aux esprits.

 

Nouvelle portion de chemin sacré. La tradition de cette petite portion de 5 km est de faire le pèlerinage père et fils, enfant sur les épaules, sans toucher terre. J’imagine la situation du père qui glisse sur une racine humide et tombe avec l’enfant. Honte sur 9 générations et seppuku (suicide rituel des samouraïs) de rigueur !

 

Passage par le lieu originel du temple dans le lit de la rivière (et donc forcément détruit par des inondations, bizarre..) et par la plus grande arche (Tori) du Japon (du monde?))

 

Passage obligé par le Kumano Hongu Taisha, but du pèlerinage. Beaucoup, beaucoup de monde, mais c’est très beau. Dans l’endroit le plus sacré, il y a une cérémonie (mariage?) et des mecs avec oreillette aux quatre coins (des Yakuzas?). Dans ce lieu, on vient pour laver son âme des âneries de la vie précédente et de la présente.

 

Je reprends la route à contresens de la majorité. Je fais marrer ceux que je croise avec mon gros sac, ma coupe de samouraï et mon bâton en bambou. Beaucoup me posent des questions, me demandent d’où je viens. Au début, ça me fait marrer et après je m’esquive vite. On sort un peu de la forêt pour une zone plus agricole. Je croise une bande de singes qui harcèle les toits des fermes. On trouve des cabanes avec vente de prune salée en libre service avec la tirelire à côté. J’en achèterais bien si ça n’était pas aussi infect. Je croise un serpent, que je soupçonne d’être un mamushi (vipère mortelle du Japon).

 

Puis finalement, Hoshinmon oji. Petit temple final de ma visite. Je recroise le couple qui m’avait aidé deux jours auparavant (« Lucky Boy »). On discute et on se prend en photo. Je mange mon bento avec un nippon de circonstance. Puis je digère et attends le bus en dessinant le temple.

IMG_20171206_165502

Retour au campement et départ pour une auberge ce soir. Sur le chemin, j’utilise une passerelle. Elle me parait peu utilisée, au vu du nombre d’orties présentes dessus. Au milieu, je comprends que les écriteaux en bas devaient vouloir dire « Danger ne pas utiliser ». ça serait bête d’avoir évité les ours et les serpents mamushi, pour mourir sur une passerelle. Heureusement, mon oeil secret me protège.

Auberge agréable et traditionnelle. De l’autre côté de la rivière, que je vois depuis ma fenêtre, il y a un onsen en extérieur. Je m’y délecte à la tombée du jour (ou de la nuit).

 

Utegawa, jour 4 :

Au début de l’étape du jour, l’ambiance est superbe. Je longe la rivière et les bords fument à cause de l’eau thermale qui en sort. ça bouillonne même par moment.

 

La matinée sera une belle ascension dans la forêt. Que des gaijins (étrangers), j’hallucine. Arrivé au camping final, je ne trouve personne. Je pars à la recherche aux informations. Je trouve deux pêcheurs qui pique-niquent, ils comprennent rien à ce que je dis mais m’offrent … une bière. Je tourne dans les parages et je trouve un spot à barbecue, mais façon japon. High Tech. Les petits coins pour faire le feu, des petits pots à disposition pour déplacer les charbons vers les tables. Et sur ces tables, il y a un creux intégré pour pouvoir barbecuter peinard assis. Mise en place de ma couche, j’en profite pour faire une vidéo.

Place au onsen, dormais quotidien. Je rejoins les convives dans le lodge, qui est aussi la réception du camping, un hôtel, et une ancienne école. 80% de gaijins. L’après-midi, l’ambiance est étrange. Tout le monde rôde dans le village alors que chacun sait qu’il n’y a rien à faire. Tout le monde se connaît car on s’est croisés sur le chemin mais personne n’a envie de se parler. En tout cas pas moi. Je suis hors sujet. Le seul à dormir dans une tente, le seul tout seul, le seul qui mange des ramens deshydratés et pas le super plat du jour… Bref, je mange mes nouilles en compagnie du couple « Lucky Boy ». Je commence à comprendre que Madame Keiko est malade des bronches et fait le voyage pour guérison. J’en demande pas plus.

 

Kugochi, jour 5 et dernier jour :

Réveil très tôt car l’itinéraire du jour est difficile. A 6h, une sirène retentit dans le village. C’est un exercice et pas un missile (dixit le type de la réception). Ce même type qui me trace un plan du village AVEC UNE REGLE !! pour m’expliquer comment prendre le bus.

Revenons au départ, il fait nuageux. Je pars pour la dernière et la plus dure journée de trek. 16km et 1300m de dénivelé. ça se déroule bien je gère mon rythme et la pluie. Au  début gentille, puis de plus en plus énervée. ça commence comme une petite blague puis ça devient une humiliation persistante. Quelques heures de marche, puis une pause qui est à peine agréable car tout est mouillé.

Giono écrivait que le plus dur était de marcher la nuit avec ses soucis. Je pense qu’il ne devait pas connaître marcher sous une pluie battante, chargé comme une mule, ambiance brume façon Silent Hill, sur une montagne nommée « La demeure des morts ». Glups.

Finalement, j’arrive à Nachi San. Je lâche un bon « Yata » (j’ai réussi) des familles. Visite des temples humides, difficile d’y  prendre goût. C’est pourtant superbe. Je ne ferai même pas l’effort d’aller voir la cascade, la plus haute de tout le Japon.

 

Une réflexion sur “Kumano Kodo – jours 3 à 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s